Chronologie

16 août 1904 : création de l’Association des familles de Dunkerque - Institut Fénelon.
13 octobre 1904 : ouverture de l’Institut Fénelon rue des Pierres, sous la direction de religieuses sécularisées, les Dames de l’Education Chrétienne d’Alençon.

1914-1918 : difficiles années de guerre, réquisition des locaux par l’autorité militaire.
Les classes sont transférées chez les Pères rédemptoristes, rue David d’Angers, pour un nombre restreint d’élèves. Exil à Liancourt puis à Rennes.

6 octobre 1919 : réouverture des classes rue des Pierres à Dunkerque.

1934 : Fénelon devient établissement d’enseignement secondaire.

1938 : départ des religieuses de l’Éducation Chrétienne. Reprise de l’Institut Fénelon par les religieuses de la Congrégation de la Providence de Rouen fondée au 17ème siècle par le Père Nicolas Barré

1939 : la guerre ; nouvelle réquisition par l’autorité militaire.


Plus de détails

De 1904 à 1918

1904

  • JEAN JAURÈS fonde "L' HUMANITÉ "
  • FRÉDÉRIC MISTRAL reçoit le prix NOBEL de Littérature qu'il partage avec l'écrivain Espagnol JOSE ECHEGARAY.
  • La première " FOIRE DE PARIS " ouvre ses portes.
  • MÉLIÈS donne une suite humoristique à son film "VOYAGE DANS LA LUNE " : " LE VOYAGE DANS L' IMPOSSIBLE ".
  • Monsieur COMBES, dit " le petit père COMBES " Président du Conseil mène farouchement la lutte anticléricale. Le 7 juillet est publiée la loi abrogeant la loi FALLOUX de 1850, qui organisait l'enseignement dans les écoles religieuses. DÉSORMAIS, L' ENSEIGNEMENT EST INTERDIT A TOUTES LES CONGRÉGATIONS. La loi entrera en vigueur le 3 JANVIER.

1905

  • Le 16 AOÛT 1904, une poignée de notables dunkerquois, sous la houlette de Monsieur François BERNARD, désireux de rester fidèle à l'enseignement de son choix, décide de créer une école répondant à ses voeux.
  • L' ASSOCIATION DES FAMILLES DE DUNKERQUE - INSTITUT FÉNELON est née.
  • Le Comité est composé de MM. ALLEMES, BERNARD, CABOUR, CAMYS, DESCHODT, DE LESDAIN, VILETTE. Des descendants de ces familles oeuvrent encore dans l'Enseignement Catholique.
  • Il fallait trouver un local ! En 1901, les 11 " DAMES SACRAMENTINES ", Congrégation dont le but était de recueillir et de former de jeunes orphelines, s'étaient retirées à ROME sous la menace des lois de Monsieur COMBES. Leurs immeubles étaient donc vides et situés entre la Rue Des Pierres (sensiblement la Rue du Maréchal French) et la Rue Faulconnier. Un bail fut signé et les travaux d'aménagement purent commencer grâce à une souscription qui rapporte 22000 Frs.
  • Mais les bâtiments furent saisis, le Ministère considérant que c'était là " Lien de Congrégation ". Mis en vente par adjudication le 22 Juin 1906, MM BERNARD ET CHOQUET les rachetèrent sur leurs propres deniers.
  • Dans un premier temps, les Dames de l' ÉDUCATION CHRÉTIENNE D'ALENÇON prirent en charge l'Institut. La première directrice fut : MADAME SEIGNEUR
  • LE 13 OCTOBRE 1904 s'ouvre l' ÉCOLE FÉNELON - LES SOEURS DE LA CONGRÉGATION furent les premières enseignantes : elles avaient quitté le voile et leur " toilette était civile ".
  • La première journée débuta par une messe présidée par Monsieur l' Abbé DEHAN, aumônier en titre de l'Institut. Les élèves et les familles présentèrent à leurs nouvelles maîtresses des souhaits de bienvenue. Mlle SEIGNEUR dira " Maîtresses et élèves se sentirent à l'aise, comme sont de vieux amis, formant une seule famille laborieuse et unie " (sic).
  • Le premier diplôme obtenu fut un " Brevet Supérieur " vraisemblablement en 1905.
  • Durant l'année scolaire 1913/1914 l'effectif était de 241 élèves, pensionnaires et externes.

1913

  • Naissance de la Société Civile Immobilière " LE FROMENT " pour assurer la propriété des immeubles.

1914/1915

  • LE 2 AOÛT 1914, LE TOCSIN A SONNE !
  • Les bâtiments sont réquisitionnés et transformés en hôpital, Il n'y aura pas de pensionnaires et les élèves externes au nombre de 134 émigrent dans les bâtiments des Pères Rédemptoristes, rue David D'ANGERS.
  • Aux examens, 7 Brevets Élémentaires seront obtenus et 1 Brevet Supérieur, ce malgré les bombardements par les canons allemands.

1915/1916

  • Les familles dunkerquoises ont cherché ailleurs la sécurité. L'effectif à la rentrée est maigre : 73 élèves et ce nombre ira en diminuant.
  • Le 25 juillet 1916 ; remise des diplômes " SOUVENIRS DE GUERRE "

1916 /1917

  • Vaille que vaille, les cours se poursuivent, entre deux bombardements.

1917 /1918

  • C'est l'année folle. Les cours ont repris avec de maigres effectifs. Les bombardements aussi ont repris. La situation devient intenable et au début de Janvier 1918, l'Institut déménage avec armes et bagages..... et 22 élèves. D'abord pour LIANCOURT, petite localité de l'OISE, où les cours reprennent le 21 Janvier, pour 8 jours, car la localité est bombardée par l'aviation.
  • On tiendra la place quelques mois, et le 10 Juin, nouveau repli en 2 temps : 1er temps : ARGENTAN puis RENNES où élèves et professeurs s'installeront au 17, rue de Redon, les cours reprennent jusqu'aux vacances.

1918 /1919

  • La rentrée se fait rue de Redon, avec une cinquantaine d'élèves dont 32 pensionnaires du NORD. L'Armistice du 11 Novembre permet à quelques pensionnaires de rentrer chez eux. Et la vie de FÉNELON continue grâce à l'aide financière de M. BERNARD.
  • Fin Avril 1919, les locaux de Dunkerque sont libérés : le retour est envisagé. Les travaux de mise en état commencent, le déménagement s'effectue et la maison reprend son aspect " net, soigné, et coquet ".i

De 1919 à la drôle de guerre

1919

  • L' Institut FÉNELON rouvre ses portes le 6 Octobre à la studieuse jeunesse dunkerquoise - 140 élèves assistent le 7 à la messe du Saint-Esprit. Cette messe se fait dans la chapelle de l'Institution selon le voeu de Monsieur le Doyen de SAINT JEAN BAPTISTE, qui souhaite que toutes les cérémonies se tiennent dans l'enceinte de l'école.
  • 17 Octobre : L' Institut se consacre au SACRÉ-COEUR.
  • Fin Juillet : La remise des prix se fait au Collège des Dunes.
  • Cette année voit aussi le regroupement des ANCIENNES.

1920

    7
  • Madame SEIGNEUR quitte la Direction de l'Institution.
  • Madame DEPERNE prend la succession.

1923

  • Monsieur BERNARD décède subitement le 4 Décembre. C'est une immense perte pour l' Institut.

1924

  • 16 Janvier - Une messe est célébrée en la Chapelle pour le repos de l'âme de M. BERNARD.
  • Il ne reste que trois membres vivants du Comité de départ : MM. ALLEMES, BOULY de LESDAIN et VILLETTE. Le 15 Février, 11 nouveaux membres rentrent dans le Comité : MM. BONVARLET, DE CLEBSATTEL, COQUELLE, DEHAENE, DELBENDE, DUBUISSON, FRAPPE, GOVAERE, HULLEU, TRESCA et DAUDRUY. Sur l'initiative du Président M. ALLEMES, le téléphone est installé en AVRIL.

1925

  • Le 25 Février, la huitième classe est ouverte aux garçons de 3 ans 1/2 à 8 ans.
  • Les vastes dortoirs sont remplacés par de " charmantes chambrettes aux rideaux blancs ". De même l'infirmerie.
  • Création parmi les élèves de la "CROISADE EUCHARISTIQUE ".Ouverture d'un cours complémentaire et ménager. Participation à LILLE aux examens d'Instruction Religieuse.

1927

  • Madame DEPERNE quitte l' Établissement. La direction est assurée désormais par MADAME LEGRAIN.

1928

  • Le 28 Mai, l'Institut prend part au Congrès National qui se déroule en ville.

1929

  • 15 Juin : l'Institut rite ses " NOCES D'ARGENT " ; Messe d'action de Grâce à SAINT JEAN BAPTISTE. Déjeuner durant lequel Melle VANCAUWENBERGHE présidente de l'Association des Anciennes porte un toast et propose un " VIVAT FLAMAND " . Kermesse l'après-midi. Grâce à la générosité des " anciennes " durant cette Kermesse on installera le chauffage central dans la maison.

1930

  • A la rentrée, le 30 Septembre, une surprise attend les élèves. En effet, depuis le 6 Août, les religieuses ont repris l'habit de leur congrégation.

1932

  • Un geste généreux qui accompagne les voeux de Nouvel An à la Directrice, permettra " de faire un beau kiosque à l'entrée de la plage de Malo ".
  • Le Chanoine DEHAN, aumônier quitte l'Institut. Il est remplacé par M. L'ABBE WEMAERE.

1933

  • Depuis le mois de Janvier, un carillon tinte pour rythmer les heures de cours. Décès de Madame SEIGNEUR le 6 Avril.
  • Départ de MADAME LEGRAIN. Arrivée de Mère Suzanne CARPENTIER, ancienne élève de FÉNELON.

1934

  • Mère CARPENTIER a pris la décision de transformer l'école en Établissement Secondaire. Mise en place d'un laboratoire, rajeunissement des dortoirs.

1936

  • 1J y a de nouvelles installations : cellules de piano, salle de couture, atelier de dessin et de peinture.

1937

  • Premiers succès au bac : une mention " Bien " au Bac 1ère partie.
  • Pour faire face à l'Enseignement secondaire, la Direction est dans l'obligation de recourir à des Professeurs " Civils " ce qui grève la Trésorerie. D'autre part, les effectifs diminuent, car des filles de fonctionnaires quittent l'Établissement. Ces fonctionnaires sont menacés de graves ennuis s'il maintiennent leurs enfants dans une école d'Esprit Religieux. La situation financière s'aggrave et les Dames de l'Éducation Chrétienne décident de quitter l'Établissement.
  • Monseigneur LIENART s'incline à la condition que les dames se trouvent des remplaçantes et que FÉNELON ne sera pas en danger de fermeture.

1938

  • Les Dames de l'Éducation Chrétienne quittent définitivement la maison. Elles sont remplacées par les "Soeurs du SAINT ENFANT JÉSUS dites de " LA PROVIDENCE DE ROUEN ".
  • Mère MARIE DE JÉSUS PREND la direction de FÉNELON.
  • Le 25 Septembre, l'Institut est réquisitionné et occupé par la " SOUS COMMISSION D' ÉVACUATION ". Les pensionnaires devaient rentrer le 28.
  • Les choses s'arrangent : le 10 et 11 Octobre c'est la rentrée des pensionnaires.
  • Les Professeurs extérieurs sont supprimés, les cours sont assurés par des Soeurs et des Professeurs du Collège NOTRE DAME DES DUNES.

1939

  • 3 Septembre c'est la guerre. La plus grande partie de l'immeuble est réquisitionné. Il ne reste que quelques pièces pour l'école. On ne peut recevoir des pensionnaires. L'effectif qui devait être de 204 se résume à une quarantaine d'externes qui effectuent leur rentrée le Jeudi 5 Octobre.
  • Curieuse ambiance : Sacs de sable, vitres passées au bleu, et sillonnées de " papier collant ", exercices de port de masque à gaz.
  • 10 Mai : Début du bombardement systématique de Dunkerque. L' Institut ferme ses portes jusqu'au 16 Mai, les Religieuses vont rester sur place pour accueillir les fugitifs dont le nombre croit sans cesse. Alors seulement, elles se séparent. 16 Religieuses parviendront ainsi dans le Centre à VERNEUII.
  • 21 Mai. L' HÔPITAL FÉNELON est bombardé. Les blessés sont évacués à la clinique VILLETTTE. Les Soeurs restantes vont se réfugier dans les caves de l'école SAINT-JOSEPH, Impasse des Bassins (à l'emplacement de la rue de l'Amiral Ronarch actuelle).
  • DUNKERQUE devient un enfer. Dans la nuit du 2 au 3 Juin, les Soeurs se rendent à l'Institution SAINTE MARIE restée debout au milieu des ruines fumantes.
  • Le 4 Juin, silence total. Les rescapés sortent de leurs abris. Les troupes allemandes arrivent. Et les Soeurs sont là ! Elles ont supporté 500 heures de bombardement. Plus tard l'Association " CEUX DE DUNKERQUE-MAI 40 " décernera aux Soeurs la citation suivante : " Le personnel religieux de l'Institut FÉNELON resté à son poste entre Je 15 Mai et 15 Juin 1940 a été jugé digne de faire partie de L' Association ".
  • Les soeurs aident ici et là puis se rendent à WORMHOUT où elles ouvriront un Cours Secondaire de la 6ème à la 1ère. Une installation ultra-fantaisiste permettra, 5 années durant, d'amener des jeunes au Brevet.
  • Ces cinq années seront marquées par des événements divers, dont la visite de son Érninence le Cardinal LIENART.

1945

  • Dunkerque est enfin libérée durant l'été. Le Cardinal LIENART souhaite que FÉNELON rentre à DUNKERQUE le plus tôt possible. Mère MARIE DE JÉSUS accompagnée d'une Soeur rentre dans ce qui fut DUNKERQUE, espérant y trouver un local pour recommencer... Mais ceci est une autre histoire !

De 1945 à de nos jours

1945

  • Le 21 Août, le Comité de l'Association " DES FAMILLES DE DUNKERQUE - INSTITUT FÉNELON ", se retrouve. Monsieur DELMER est élu Président et Maître BOULY de LESDAIN, Vice-Président.
  • La recherche d'un local s'avère difficile. A Malo, sur 2900 villas, 900 sont détruites et 700 en ruines. On découvre enfin un immeuble relativement vaste 47, rue des Poilus. Mère MARIE DE JÉSUS et cinq religieuses en prennent possession et lavent, nettoient, se contentant d'une nourriture sommaire qui leur est fournie par les habitants de WORMHOUT.

1946

  • Le 8 Octobre, internes et externes font leur rentrée. Les enfants quelque peu perturbés par les années de guerre ont sans doute un peu de mal à retrouver la discipline scolaire. Mais les Soeurs font en sorte que, petit à petit, le goût de l'étude revienne.
  • 11 Juillet, le cinéma CHANTECLER, place Turenne reçoit la première cérémonie de distribution des prix d'après-guerre.
  • Les sociétaires de la Société Immobilière " LE FROMENT ", en grande partie les DAMES SACRAMENTINES, sont dispersés mais l'acharnement de Maître BOULY de LESDAIN permet d'avoir leur aval afin de reconstruire un immeuble scolaire. Mère MARIE DE JÉSUS ayant conservé précieusement les archives de la maison, Maître BOULY de LESDAIN et M. ZIEGLER peuvent établir les dossiers de dommages de guerre.
  • Le 47 de la rue des Poilus, étant trop exigu, M. ZIEGLER ouvre les portes de sa propriété aux grandes classes.

1947

  • On se prépare aux examens : BEPC, BACHOT, etc.....
  • 11 Juin : Réunion du " FROMENT " et de l'Association des Familles de DUNKERQUE. On envisage 1à la reconstruction. L'architecte sera M. Pierre LEFOL. Le lieu est déterminé.

1948

  • 12 Mai. Une cérémonie rassemble Parents et Elèves dans la propriété de M. ZIEGLER pour la bénédiction d'une Statue du Sacré-Coeur, et la Communion Solennelle a lieu en l'église SAINTE JEANNE D' ARC des Glacis.

1949

  • Les élèves sont de plus en plus nombreux.... et de plus en plus à l'étroit.

1950

  • La Révérante Mère MARIE DU SACRÉ-COEUR envisage d'abandonner FÉNELON. Le Cardinal LIENART intervient pour maintenir l'établissement. Les services de la " RECONSTRUCTION " installent un baraquement dans la propriété ZIEGLER pour accueillir le jardin d’enfants. La 12ème et la 11ème. C'est un ballon d'oxygène qui permet d'être un peu moins à l'étroit.
  • En Octobre, Monseigneur LIENART vient en personne remercier les Soeurs d'avoir accepté de rester malgré les dures conditions imposées.

1951

  • En Août, les travaux de terrassement sont commencés.

1952

  • Le 23 Janvier, c'est l'adjudication du gros oeuvre.Le 13 Février, un pieu est planté et scellé pour indication de niveau et les travaux commencent.
  • Le 25 Juin, une réunion du Comité de Reconstruction permet de présenter à Mère MARIE DE JÉSUS, M. WOLINER représentant l'entreprise BAPIO-LAMY, adjudicataire, qui lui promet que l'état des travaux permettra d'envisager la Célébration des Communions Solennelles et Privées de JUIN 1953, dans la nouvelle Chapelle.

1953

  • Le 12 Juin, les Communiantes font solennellement leur Profession de Foi dans la nouvelle CHAPELLE. C'est la maison des courants d'air : pas de vitres, pas d'électricité, les murs sont bruts, mais quelle joie !
  • Les fonds des Dommages de guerre sont épuisés et les entreprises menacent de quitter le chantier. La Supérieure Générale de la Providence prend la décision d'abandonner FÉNELON et de prévenir Monseigneur le Cardinal LIENART. Après quelques péripéties, le Cardinal enjoint les Soeurs de maintenir FÉNELON.
  • Un parent d'élève, ingénieur aux Chantiers de France va alors prendre les choses en main : c'est Monsieur Daniel ROUILLEAULT, qui présidera aux destinées de FÉNELON et du FROMENT jusqu'à son décès en 1986.

1954

  • L' INSTITUT FÉNELON a 50 ANS. La cérémonie de la Communion Solennelle se fait à la Chapelle. Cette fois-ci, les travaux sont terminés et le mobilier n'en sortira plus.

1955

  • Le 22 Juin, Mère MARIE DE JÉSUS peut prendre possession des nouveaux locaux. Les Soeurs exécutent un ballet continu entre la rue des Poilus et le nouveau FÉNELON pour amener le mobilier et faire en sorte que tout soit nettoyé et lavé. Elles sont bientôt rejointes par des bénévoles.
  • Le 4 Octobre, c'est la rentrée dans le nouveau FÉNELON. Mais c'est encore le chantier et l'on vivra au milieu des allées et venues, du plâtre, de la peinture.. -et du désordre.
  • Tout arrive, mobilier, cuisine, chaufferie. Et, un jour enfin, le TABERNACLE : JÉSUS va pouvoir rester dans la Chapelle.

1956

  • Les 15 et 27 Mai, ce sont les fêtes d'inauguration qui se déroulent dans l'Allégresse. Mère MARIE DE JÉSUS quitte l' Établissement. Elle y reviendra. Mère THÉRÈSE D'AVILA prend sa suite.

1958

  • Mère MARIE-JÉRÔME remplace Mère THÉRÈSE D'AVILA.

1959

  • Arrivée de Mère ÉDOUARD-MARIE.

1961

  • Le 30 Novembre, le CONTRAT D' ASSOCIATION avec l' État est signé selon la loi DEBRÉ du 24 Décembre 1959.

1962

  • Départ de Mère ÉDOUARD-MARIE et retour de Mère MARIE DE JÉSUS.

1964

  • Mère MARIE DE JÉSUS est remplacée par Mère MARIE-MADELEINE.

1965

  • Cette dernière, appelée à d'autres missions, est remplacée par Mère SAINT-MARTIN.

1966

  • En accord avec le CODIEC (Tutelle Diocésaine), l'Institut FÉNELON abandonne le second cycle. Le lycée NOTRE DAME DES DUNES s'engage à prendre les élèves de 3ème de FÉNELON en seconde.

1971

  • Mère SAINT-MARTIN quitte l'établissement, remplacée par Soeur MARIE-JEAN-LUC.

1972

  • La Congrégation prend la décision de supprimer les classes primaires à FÉNELON. Deux raisons les écoles primaires de la Providence et Charles de Foucauld sont voisines, et le Collège a besoin d'espace.
  • La S.C.I. " LE FROMENT " propriétaire des locaux est transformée en Association Loi 1901, à but non-lucratif en application de la Loi 69717 du 8 Juillet 1969.

1973

  • Soeur MARIE-VÉRONIQUE prend la direction du Collège. Avec elle, une grande nouveauté : La mixité rentre au Collège.

1976

  • Création du C.D.I (Centre de documentation et d'Information).

1978

  • Un dortoir est transformé en salles spécialisées : Langue, Dessin, Éducation Manuelle.

1980

  • Création du B.D.I ( Bureau de Documentation et d'Information ) tenu par des parents.

1981

  • La charge de l' Internat devient trop lourde et la décision est prise de le fermer définitivement.

1982

  • Les anciens dortoirs sont aménagés et deviennent des laboratoires de Physique et de Sciences Naturelles.

1983

  • Soeur MARIE-VÉRONIQUE quitte l'établissement pour prendre la direction du Collège SAINT-JOSEPH en Basse-Ville. Arrivée de Soeur DOMINIQUE-SAVIO.

1985

  • Une salle de Technologie et d' Inforrnatique est aménagée. Soeur MARIE-CHRISTOPHE prend la suite de Soeur DOMINIQUE-SAVIO.

1987

  • Une salle d'Informatique est installée.

1990

  • C'est une année clé. En effet, la congrégation des Soeurs de la Providence de Rouen ne peut plus, faute d'effectifs, assurer toutes les missions qu'elle souhaiterait. Après accord avec le CODIEC de LILLE, la Congrégation garde la Tutelle de FÉNELON, mais n'en assure plus la Direction. Le Chef d' Établissement sera, dorénavant, un laïc. Le premier sera M. MARÉCAUX.

1993

  • M. MARÉCAUX quitte l' Établissement pour le Diocèse de Cambrai. Mademoiselle Martine VERRIER est nommée Directrice.

1994

  • FÉNELON a 90 ANS !

1998

  • M. CACHE est nommé directeur...

Ce sera maintenant à vous, Membres de la Communauté Éducative de FÉNELON, d'en écrire l'histoire